Auto Entrepreneuse c'est pas facile


Ca commence rarement par une chance.

J'ai 29 ans, je suis auto entrepreneuse, oui, mais moi de toute façon ; " j'ai de la chance ". Il paraît qu'on se remet en question à l'approche de la trentaine, je pense que c'est une légende ( encore une ).... Car, en effet, c'est à l'âge de 15 ans que cette phrase à, une fois de plus, fait saigner mes oreilles " Oui, mais toi, tu as de la chance "- Cette phrase je l'ai remise en question, elle n'est pas juste, elle n'a pas lieu d'être, elle est lâche.

Je suis issue d'une famille plutôt modeste, un père boulanger depuis l'âge de ses 16 ans, une mère coiffeuse puis mére au foyer. Et ensuite, des parents qui tentent l'aventure de l'auto entreprise en ayant une boulangerie pâtisserie et connaissent une faillite. J'ai une soeur superbe. J'ai évolué en voyant ce qu'est l'auto entreprise, le commerce, la passion d'un métier, l'envie de partager, le respect des autres, la hargne, le savoir-faire et surtout l'indépendance .

Je n'ai pas de chance. Aujourd'hui j'ai eu envie d'écrire sur mon récent statut d'auto entreprise, ce qui peut animer un profil comme le mien et sur ce qui se cache réellement derrière ce statut.

Créer une auto entreprise pour se faire de l'argent

On n’est pas auto entrepreneur pour l'argent. Car pour se faire de l'argent il existe des chemins bien plus simples et faciles que l'auto entreprenariat. Ce statut s'est imposé à moi, un peu comme à l'école lorsque certains quittaient le cursus en cours d'année. Par parce qu'ils étaient nuls, tout simplement, parce qu'ils avaient trouvé leur voix, un taff, une place avant les autres. Ceux qu'on jugeait incapables étaient en fait des avant-gardistes de leur propre parcours professionnel.

Ce statut s'est imposé à moi, car j'aime prendre le lead, avoir le contrôle, tenir des engagements et ne pas piétiner mes valeurs. Je me suis fait licencier d'une grande enseigne pour insubordination, pour avoir pensé fort en fait. J'ai décidé de quitter mon CDI d'assistante marketing, car je sentais que je n'arrivais pas à suivre les règles et rester à ma place. Au cœur des grands groupes, c'est le bore out qui me faisait de l'œil. À quoi bon insister lorsque dans le coin de votre tête vous savez ce qu'il vous reste à faire ?

Sauter le pas est difficile souvent à cause de la peur de l'échec. Mais, sachez-le, l'échec est autorisé et même utile, par contre interdisez-vous d'utiliser cet échec pour vous prostrer dans la peur.

Créer une auto entreprise pour faire ce qu'on veut ? Easy !

On ne fait pas ce qu'on veut, on fait ce qu'on peut surtout. On donne le max de nous même pour réussir à créer une marque responsable et humaine et atteindre nos buts plus que des objectifs chiffrés. C'est parfois énormément d'énergie, d'investissement, deux fois plus d'heures de taff, des responsabilités, des doutes, de peurs pour moins de salaire.

" Oui, mais la friperie en ligne ça va c'est trop coooool ! " - " Donc en fait tu fais Vinted toute la journée quoi, c'est cool tu es trankilou chez toi " - " Ah la la, qu'est-ce que tu as de la chance ". FAUX ! Photographe, mannequin, acheteuse, revendeuse, laveuse de fringues, Louis la brocante, gestionnaire de stock, rédactrice, community manager, SAV, comptable, préparatrice de commande, graphiste, etc... Pour ce qui est d'être trankilou chez vous on va faire un paragraphe zoom là-dessus, car, vous allez voir, ça entraîne des comportements étranges de votre part et autour de vous.

Tu peux travailler chez toi trankilou

Travailler de sa maison c'est travailler quand même. À l'époque, lorsque j'étais salarié je demandais à faire des jours de télétravail ( c'était avant le covid hin ! ). Oui j'ai eu le culot de demander à mon patron de pouvoir, certains jours, me replier chez moi. C'était honnête de ma part, j'étais plus productive sur certaines taches dans le calme ( open space de plusieurs entreprises ). Mais comme moi, tu sais que lorsque tu es chez toi, on ne peut s'empêcher de penser que tu fais moins voir rien, ce qui est bien évidemment faux.

À toi d'être strong et droite dans tes pompes, de garder ton cap, de rendre le taff bien fait et défendre ta position. C'est la même lorsque tu es à ton compte, il faut tenir le cap et beaucoup savoir dire " non ". Tu as des proches ou potes qui vont te téléphoner en pleine aprem au milieu de la semaine en mode " coucou tu vas bien ? " - ou qui vont te dire " Je suis en CP tu peux passer si tu veux mardi à 14h30 " ( heure à laquelle tu es à poil dans ton dressing en train de prendre tes photos ).

Tu vas avoir la fâcheuse manie de vouloir prendre plus à ta charge les taches du foyer car " tu es à la maison " et c'est une bêtise. Tu crois que tu peux faire les courses, que oui y'a pas de problème tu es à la maison pour recevoir le plombier, sortir le chien, l'emmener au véto après ses cacas mous du week-end, etc... Toute cette dispo est imaginaire, tu as du pain sur la planche et ton temps n'est pas moins précieux qu'un autre.

Le chamboulage interne de l'auto entrepreneur.

Faire face à une charge mentale de dingue, se rendre compte de son perfectionnisme, de ses déséquilibres ça fait pas du bien, mais c'est ultra utile et enrichissant ( mais ça ne fait pas du bien du tout ).

Aaaaaah l'auto entreprise, l'indépendance et l'envie de s'écouter ce n’est pas facile lorsque pendant des années on a écouté des supérieurs, des ordres, la stratégie d'une entreprise, etc...

On ne va pas vous le dire dans les organismes d'aide à la création de votre micro, car c'est plus de l'ordre du sentiment et de la psychologie et que dans notre société on passe rarement ce point en priorité ( dommage d'ailleurs ), mais vous allez être mis face à vous-même. Vos qualités, vos défauts et vous rendre peut-être compte que cette fois vous ne pouvez pas y échapper.

Et si parfois c'est difficile, c'est très enrichissant, votre projet va vous faire grandir. Alors avant de vous lancer, allez voir des organismes pour vous aider, oui, mais n'oubliez pas de parler à d'autres auto entrepreneurs, d'écouter leurs anecdotes, leurs astuces et expériences ça vous aidera encore plus !

Créer une auto entreprise par soif de reconnaissance ( mauvaise idée )

L'utiliser comme un " faire valoir " dans la société n'est pas bien judicieux. La première personne qui doit croire en vous, c'est vous, sinon vous allez être déçue.

J'ai envie d'aborder un point qui m'a choqué dans cette expérience de première année d'auto entreprise. Une réaction type reliée à mon statut, mon genre, j'imagine, et surtout mon cœur de métier .

"Une femme qui se met à son compte dans le secteur de la mode et souhaite défendre des valeurs éthiques ? " Ohhh elle est mignonne".

Voilà ce que vous allez entendre parfois alors que vous taffez comme une dingue et que vous êtes loin d'être mignonne - Vous êtes grave dans le game et ne devez pas en douter une seconde. Il n'y à pas de hiérarchie en fonction des secteurs, de l'argent que vous avez injecté dans votre business, de votre genre et pourtant... Alors ne vous lancez jamais dans un choix impliquant POUR ... les autres ( et pas que pour l'auto entreprise )

Conclusion d'un jeune auto entreprise

Le statut d'auto entrepreneur on en parle de manière futile à ce jour et je n'arrive pas à comprendre pourquoi. Peut-être est-ce une mauvaise habitude qu'il faut changer ( comme d'avoir osé dire " les non essentiels " durant la crise sanitaire du Covid 19 ).

De mon côté, lorsqu'une personne me parle de lancer son auto entreprise je l'écoute attentivement, je ne préfère pas lui dire " Roooooh c'n’est rien du tout une micro en 2 sec tu fais ton dossier sur le net ".

Et puis, si cette personne veut en faire son activité principale, lui dire " ce n'est rien du tout " est un énorme euphémisme.

L'auto entreprise est une grande aventure et ne se limite pas à quelques clics sur un site et une immatriculation. Probablement que la société affirme que ce n'est pas grand-chose, car vous n'avez pas injecté beaucoup d'argent dés le départ, mais question philosophique : l'argent est-elle votre seule richesse dans la vie ?

Moi dans la vie je suis riche du temps que j'ai pour réfléchir, de mes proches, de ma santé, de ma créativité, de mon énergie, de la nature.

L'auto entreprise est une aventure qui va vous chambouler, vous mettre face à vos limites, vous prendre du temps, vous demander d'être responsable, de mûrir, de faire des choix et toucher vos limites. Sachez-le.

Et encore une fois je ne suis pas là pour vous dissuader, bien au contraire, je vous encourage à le faire, pour moi c'est un acte de courage, d'affirmation de soi et forcément il en découle des conséquences : bonnes et mauvaises. Restons conscients de cela.